Destination Napoleon, Itinéraire
Européen du Conseil de l'Europe

Rueil-Malmaison

Le souvenir des quelques années de bonheur intense que vécurent l'Empereur Napoléon et l'Impératrice Joséphine, est ancré dans la ville de Rueil-Malmaison qui en est la mémoire vivante. Venez visiter la ville et les monuments, tous classés Monuments Historiques.

Le vieux centre de Rueil, a conservé son caractère de village.

Château et Parc de Bois Préau

Musée National
Parc de Bois Préau

A quelques pas de la Malmaison, un autre Château, dans un parc de 18 ha, aux essences rares, celui de Bois Préau, évoque le souvenir de l’Empereur à Sainte-Hélène et le retour de ses cendres à Paris.

De nombreux objets personnels provenant de Sainte-Hélène, souvent fort émouvants, nous font pénétrer dans l’intimité de l’Empereur en exil.

Actuellement fermé pour rénovation, le Château de Bois Préau devrait proposer à l’avenir des expositions temporaires au rez-de-chaussée ainsi qu’une halte de détente et de restauration dans l’Orangerie du parc.

Musée Franco-Suisse

Caserne des Gardes Suisses

Pavillon de garde de la Caserne Guynemer

Le régiment des gardes suisses, créé par Louis XIII en 1616, était chargé principalement d’assurer la garde et la protection du Roi. Les soldats étaient logés chez l’habitant. En 1756, le Roi Louis XV ordonne la construction de trois casernes, Rueil, Courbevoie et Saint-Denis, pour loger ses gardes suisses.

Chaque semaine, un détachement se rendait à Versailles par le chemin des Suisses pour y former le piquet d’honneur. Le 10 août 1792, les gardes suisses se font massacrer aux Tuileries en voulant protéger le Roi. La caserne de Rueil fut construite par l’architecte Axel Guillaumot. Elle est classée Monument historique depuis 1973.

Musée d'Histoire Locale

Ancienne Mairie de Rueil 

L’Ancienne Mairie de style Second Empire, copie de celle de Fontainebleau, a été construite en pierre de taille et briques rouges et fut inaugurée le 7 novembre 1869.

Aujourd’hui, elle accueille le Musée d’Histoire de la ville. Véritable mémoire de Rueil-Malmaison. Ce Musée retrace l’histoire de l’évolution d’un petit village de la région parisienne, de Charles Le Chauve à nos jours.

Vous y trouverez, en particulier, une collection de 1600 figurines représentant la grande armée, la salle « Blanchisserie », la salle Edouard Belin, inventeur du « Bélinographe » (ancêtre du Fax), la salle Eugène Capelle, avec une présentation générale de l’histoire de la carte postale.

Château de la Petite Malmaison

Comte Stefan C. Czarnecki

Joséphine fit construire le domaine de la Petite Malmaison en 1805, par l’architecte Berthault.

Entourée d’arbres centenaires, La Petite Malmaison garde l’attrait des maisons animées et le charme d’une maison particulière.

L’Impératrice s’attacha de tout son cœur à l’embellissement et à la décoration de cette Petite Malmaison, notamment, en transformant une partie de la bâtisse en grande serre chaude dans le but d’y faire pousser des plantes tropicales et extrêmement rares. Pour cela, elle fit appel à des artistes de renom tels que le marbrier Gilet et l’ébéniste Jacob Desmalter. Son aquarelliste botaniste P.J Redouté y créa ses plus belles roses.

Aujourd’hui, demeure privée, la Petite Malmaison a su conserver son charme d’antan et évoque beaucoup le souvenir de l’Impératrice botaniste passionnée. Elle se visite à la belle saison autour d’expositions thématiques et de concerts de musique classique.

Eglise Saint-Pierre Saint-Paul

Eglise 

L’église abrite les tombeaux de l’Impératrice Joséphine et de sa fille la Reine Hortense.

Au décès soudain de l’Impératrice Joséphine en 1814, aucun caveau n’étant prévu, son corps est mis dans la cave du presbytère en attendant la construction du tombeau. Celui-ci, en marbre de Carrare est achevé en 1825. Il est surmonté d’une statue de l’Impératrice réalisée par le sculpteur Cartellier.

Elle est représentée à genoux, rappelant ainsi, selon le désir de ses deux enfants, le Prince Eugène et la Reine Hortense, le célèbre tableau de David « Le Sacre ».

Le tombeau situé à côté de celui de Joséphine renferme Robert Marguerite Tascher de la Pagerie, son oncle.

Vous pouvez également admirer le cénotaphe en marbre de Carrare de la Reine Hortense élevé en 1858 par son fils Napoléon III.

Les cendres de la Reine reposent ici dans la crypte dans un sarcophage monolithe orné des armoiries impériales, où avaient été déposés des anneaux tressés avec les cordages du navire « La Belle Poule » qui ramena de Sainte Hélène les cendres de Napoléon 1er en 1840.

Toujours à l’intérieur de l’église, se dresse un superbe buffet d’orgues offert par Napoléon III et signé Baccio d’Agnolo ainsi que le très beau bas-relief du maître-autel en bronze doré datant du XVIIème siècle, réalisé par François Anguier pour l’église du Val de Grâce à Paris.

L’Eglise Saint-Pierre Saint-Paul est classée « Monument Historique ».

Château de Malmaison

Musée 

www.chateau-malmaison.fr

Aménagé entre 1800 et 1802 par les architectes Percier et Fontaine à partir d'une vieille demeure du XVIIème siècle, le Château de Malmaison aquis par Joséphine de Beauharnais qui recherchait une terre aux environs de Paris, est un exemple unique de style consulaire. Elégant et raffiné, d'esprit encore très proche de celui du XVIIIème siècle, le décor intérieur n'a rien de l'emphase que prendra plus tard le style Empire.

Il fut habité sous le Consulat par Joséphine et Bonaparte. De 1800 à 1802, il fut ainsi, avec le palais des Tuileries, le siège du gouvernement de la France.

Après son divorce, en 1809, Joséphine a continué de vivre dans cette demeure où elle a apposé la marque de sa personnalité. Nombre d'œuvres d'art ont pu reprendre leur place.